La Luminothérapie

De l’espace, la lumière du soleil arrive sur la terre, influençant considérablement tous les rythmes fondamentaux qui la gouvernent (le jour et la nuit, les saisons et les mois lunaires).
La plupart des formes de vie dépendent de ces rythmes.
La lumière nous apparaît naturellement comme un grand régulateur de la vie, et bien plus que cela…

Des travaux scientifiques, principalement soviétiques dans les années 1960 à 1980, ont notamment mis en évidence la photosensibilité de la peau.
Ils l’ont dénommé sensibilité dermo-optique (travaux d’Yvonne Duplessis), le terme de sensibilité photo-dermique semble encore plus précis.
Cette photoréceptivité se retrouve au centre de toutes les études récentes en chronobiologie (INSERM) prouvant que rien dans notre organisme ne puisse exister sans la lumière.

luminothérapie

Le médecin dermatologue danois, Niels Ryberg Finsen (1860-1904) est un initiateur de la Luminothérapie (Lichttherapie) dont le premier centre (Finsen-Institut) a été ouvert à Copenhague en 1896. Son travail scientifique a été récompensé en 1903 par le prix Nobel de physiologie/médecine. Au travers d’expériences simples, Finsen a démontré que les niveaux d’énergie les plus élevés du rayonnement solaire pouvaient avoir un effet stimulant sur les tissus. L’être humain est photosensible.

Il a également découvert les effets néfastes des fortes radiations solaires et le rapport établi entre ces dernières et la forte pigmentation des peaux foncée. Finsen était d’avis que de simples mesures de protection pouvaient prévenir les dommages causés à la peau par un rayonnement lumineux intense. En revanche, il a découvert que les rayons lumineux sans production de chaleur peuvent avoir un effet positif. Cette découverte l’a conduit au traitement de la tuberculose cutanée (Lupus vulgaris) et d’autres maladies de peau.

Cependant, il a noté que les radiations solaires dans le nord de l’Europe n’étaient pas assez intenses pour la luminothérapie. Les études menées par ses collègues, O. Bernhard et A. Rollier, dans les Alpes où les radiations étaient plus importantes, ont été très fructueuses. Finsen a pu développer une thérapie par la lumière très efficace, notamment pour la tuberculose cutanée. Celle-ci était principalement basée sur la stimulation des tissus atteints, dont les zones étaient intensément éclairées. Il a utilisé une lampe à arc au carbone (Finsenlicht, Finsenlampe pour l’irradiation du corps entier Finsenbad) dans laquelle des lentilles en cristal de roche concentraient le rayonnement lumineux et permettaient une bonne transmission du rayonnement ultraviolet, la lumière de l’arc.

Le Finsen Institute, ainsi que de nombreux autres instituts similaires dans différents pays ont été en mesure de réduire considérablement le nombre de malades atteints de lupus…(extraits du bulletin A.C.S. n°3). La luminothérapie ne se limite pas à la simple dépression saisonnière que l’on nous sert à chaque automne !

La luminothérapie ou luminopuncture, que nous pratiquons repose aussi sur les hypothèses émises par le Pr Régis Dutheil (Professeur en Médecine, mais aussi physicien théoricien et chercheur en physique quantique et relativiste), ainsi que sur la MTC.
Régis Dutheil, à l’instar d’autres physiciens quantiques, a élaboré une nouvelle théorie qui extrapole les équations mathématiques de la relativité restreinte d’Einstein à un autre espace-temps dit superlumineux.
Dans cet espace, les particules se déplacent toujours plus vite que la lumière (c = 300.000 kms/sec). Ce sont des tachyons.
Un observateur peut s’y déplacer immédiatement dans le temps et dans l’espace.

Dans notre espace-temps connu (ou sous-lumineux), la vitesse de déplacement des particules (électrons, neutrons, protons,..) est toujours inférieure à c.
Le temps s’y écoule selon les notions connues de tous (passé, présent et futur).

Selon le paradigme développé par Régis Dutheil, notre esprit n’est pas une entité abstraite, mais un champ de tachyons. Ces tachyons véhiculent de l’information indispensable pour rester en bonne santé physique et mentale.
Si ce flux d’information est de bonne qualité, le vieillissement est ralenti et notre santé est préservée.

La luminopuncture ou puncture avec de la lumière blanche, consiste en la stimulation très brève (de l’ordre d’une fraction de seconde) des points et des méridiens d’acupuncture. Les résultats expérimentaux récents apportent une lumière fantastique, ceci en quelques séances, sur l’endormissement de maladies auto-immunes, le suivi de chimiothérapie, radiothérapie….

La luminothérapie a pour but de restaurer chez nos patients un bon flux tachyonique ou néguentropique (ordre).

L’état général est alors amélioré et le potentiel d’autoguérison du malade se réveille.
Ce schéma thérapeutique s’applique à de très nombreuses pathologies de nature aussi bien physique que psychique…